La Bibliothèque de Neverwinter Nights
Aide et informations diverses sur Neverwinter Nights ainsi que D&D3.
La date/heure actuelle est 22/04/2024 08:36:54


  Page 1 sur 1 ¤

Voir le sujet précédent ¤ Voir le sujet suivant 
Le téléchargement pour vous c'est...
Jamais ! 23% [ 4 ]
Parfois, mais j'achète toujours le disque par la suite 11% [ 2 ]
De façon modérée 47% [ 8 ]
Enormément, mais j'achète encore des disques 11% [ 2 ]
Mon unique ressource musicale 5% [ 1 ]
Total des votes : 17
Auteur Message
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 14/09/2009 19:06:31 Sujet du message : Le téléchargement

Bon alors puisqu'en ce moment c'est super calme sur la Biblio (personne n'a réagi aux réponses du bindtest, snif...), un petit sondage polémique à l'heure de Hadopi 2.0.

Trolls bienvenus, Niko lâche-toi ! Smile

Note : piqué sur Eklektik lui même piqué sur Overcome qui l'a piqué sur x.Silence.x.net.
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 14/09/2009 19:47:36 Sujet du message : Re: Le téléchargement


Childéric a écrit :
Trolls bienvenus, Niko lâche-toi ! Smile
Tssss...J'me sens pas concerné Confused !
Moi de toutes façons je ne télécharges jamais de musique. Parce qu'il n'y a pas celle que je veux sur P2P. Sinon, je le ferai parce que je suis sûr que tout le monde n'écoutera de la musique que comme ça.
Et je n'achète plus rien à côté.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
jmcm2
Concierge du Forum
Inscrit le: 13 Oct 2002
Messages: 3273
Localisation: Meudon
Répondre en citant
Posté le : 14/09/2009 19:55:14 Sujet du message :

J'ai voté "Jamais !". J'aurai préféré qu'il n'y ait pas le point d'exclamation qui indique une sorte d'indignation outrée. Je ne telecharge pas ni musique, ni vidéo, ni jeu, ni rien, tout simplement car ce n'est pas dans mon habitude et pas par conviction.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 14/09/2009 23:40:09 Sujet du message :

Le point d'exclamation en tant qu'indignation outrée est plus pertinent sur un forum musical, ou dans l'ensemble l'objet cd (ou vinyle) revêt un caractère quasiment sacré et qu'il est impensable pour certains (certes de plus en plus réduits) d'écouter de la musique sur un PC, avec des enceintes qui ne sont pas prévus pour cela, et un son compressé qui ôte toute dynamique et qui empêche une appréciation un peu plus fine que "j'aime" ou "j'aime pas". Quant à une véritable analyse esthétique cela n'a toujours intéressé qu'une infime minorité et c'est très bien comme ça.

Moi-même j'achète de moins en moins et je n'écoute plus que sur mon PC. Bien forcé, j'ai plus les moyens, ma mini-chaine et mon baladeur sont HS depuis des lustres. Confused

Je suis persuadé qu'une minorité ne lâchera jamais le support physique, que ce soit des puristes ou des audiophiles. Mais déjà aujourd'hui tout le monde n'écoute de la musique que comme ça. Je ne sais pas si le téléchargement va tuer la musique (en tant qu'art - mineur ou majeur, pas en tant que divertissement), et je ne le crois pas. Je sais en revanche que les usages vont changer radicalement. L'album n'est plus considéré comme un tout indissociable, mais comme un ensemble de singles qui doivent accrocher l'auditeur dès les premières secondes. En pop le gimmick a remplacé la mélodie. Il suffit de regarder n'importe quel clip de Britney Spear. L'écoute superficielle a remplacé l'écoute approfondie. On ne cherche plus à se plonger dans un disque mais on le consomme, jusqu'à ce qu'il nous lasse. C'est pas ma conception des choses. C'est pas grave.
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
WoodBlade
Grand Maître Chanteur du Conseil
Inscrit le: 05 Oct 2002
Messages: 2173
Localisation: Par Issy la sortie
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 09:13:55 Sujet du message :

jamais :

- j'achete pas mal de CD en promo, genre 20 € les 4, pour des albums qui me tentent et que je veux écouter avec un bon son
- sinon, j'ecoute en ligne
_________________
Que tous ceux qui croient en la télékynésie lèvent ma main
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
grigann
Grand Maître Chanteur du Conseil
Inscrit le: 12 Sep 2002
Messages: 1536
Localisation: Paris, France, capitale du monde
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 09:43:24 Sujet du message :

J'ai répondu "Enormément, mais j'achète encore des disques" (et uniquement en version électronique, notamment sur Amazon). Encore une fois, j'ai pas la place de stocker du physique, pas le temps (et pas l'envie) de faire les magasins un samedi, pas l'envie d'acheter un album alors qu'il n'y a que deux chansons qui m'accrochent dessus, juste envie de "soutenir" qqs artistes que j'aime bien (Devin Townsend, Dream Theater, Tori Amos, etc). Et ds les genres musicaux que j'aime, les CD à 4 €, je les ai déjà acheté ou écouté un milliard de fois en général.

Après, pour répondre à Chichi, je ne pense pas que le dématérialisé change la manière dont le grand public (sans aucune connotation péjorative) consomme la musique. Les 45t, la chanson de l'été, tout ça... Le single a toujours été roi, rien n'a changé. Le nombre "d'artistes" qui ds les années 80 n'ont vécu que grâce à un tube sont légion. L'album restera toujours le support préféré des "aficionados", parce qu'eux aiment passer 45 mn à s'imprégner d'une ambiance, d'une histoire. Les autres ont pas le temps ou pas l'envie, cette écoute "superficielle" leur suffit amplement...
_________________
«There is no such a thing as a moral or an immoral book. Books are well written or badly written. That is all.»
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 10:00:21 Sujet du message :


Childéric a écrit :
Je ne sais pas si le téléchargement va tuer la musique (en tant qu'art - mineur ou majeur, pas en tant que divertissement), et je ne le crois pas. Je sais en revanche que les usages vont changer radicalement.
La phrase en elle même n'a aucun sens : le téléchargement ne peut pas tuer la musique par essence. Il peut juste - éventuellement - anéantir un modèle basé sur la vente de musique enregistrée. Sauf qu'à part au XXeme siècle, les artistes n'ont JAMAIS vécu des recettes de la musique enregistrée, compositeur et/ou interprète.
Et alors ? Les musiciens et chanteurs ont toujours vécu avant de leur performance live, de l'enseignement ou du mécénat voilà tout.

Maintenant je suis presque persuadé que l'on trouvera un équilibre entre la musique divertissement qui sera sûrement gratuite pour l'auditeur (par ex. payée par la pub) et la musique enregistrée en bonne qualité pour les fans avec les pochettes qui leur plaisent tant, les artworks machin et tout le toutim qui donne du plaisir au kiki.

Après tout, beaucoup de "bien culturel de masse" est déjà consommé gratuitement par les gens : série, film, sport, musique.
C'est juste les gros fans qui sont prêts à raquer un abonnement pour avoir plus et il y a un marché pour ça voilà tout.

Le concept du coffret collector à la con a prix d'or est une aubaine qui a été poussée trop loin et n'a de toutes façons que trop duré.
Et puis ces conneries d'albums-univers à la mort moi le noeud n'est qu'une fumisterie de plus issue du marketing destiné à vendre des albums dont 70% du contenu est du remplissage effectué en dilettante la plupart du temps : je ne peux plus entendre cette tournure de phrase totalement estampillée Star Ac' ou Nouvelle Star.
Comme si l'album posait le concept même d'univers : n'importe quoi.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Gottorp
Modérateur Agressif
Inscrit le: 17 Sep 2002
Messages: 11055
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 10:15:10 Sujet du message :


Niko a écrit :
Sauf qu'à part au XXeme siècle, les artistes n'ont JAMAIS vécu des recettes de la musique enregistrée, compositeur et/ou interprète.
Et alors ? Les musiciens et chanteurs ont toujours vécu avant de leur performance live, de l'enseignement ou du mécénat voilà tout.
Et pour cause ! Mozart ou Lully étaient des gros branleurs pas foutus d'aller en studios ! Heureusement que le mécénat existait sinon comme Beethoven ou Charpentiers, c'étaient tous des gros glandeurs pas capable d'assurer une prise.

(on me dit qu'a l'époque on pouvait pas enregistrer ? Rien a battre ! Et que la musique était l'une des seules distractions, réservée a une élite ou a l'Eglise ? C'est pas le soucis !)
_________________
Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 11:05:48 Sujet du message :


Gottorp a écrit :
Et pour cause ! Mozart ou Lully étaient des gros branleurs pas foutus d'aller en studios ! Heureusement que le mécénat existait sinon comme Beethoven ou Charpentiers, c'étaient tous des gros glandeurs pas capable d'assurer une prise.
Mhhh...j'ai peur que tu n'aies dit quelques (très)(grosses) bêtises. Beethoven donnait des cours par exemple ou se faisait payer fort cher pour des représentations "chez l'habitant" (des bourgeois riches et amateurs) ; Rossini et des cantatrices célèbres comme la Malibran faisaient souvent ça aussi.
D'autres fois comme Liszt ou Wagner (Gounaud ou Saint Saëns) ils dirigeaient les œuvres des autres.
Quant à Bach il était Kapelmaister, donc ses cantates par exemple, il les composait "pour le boulot". Idem pour Vivaldi.
La plupart du temps, ils travaillaient d'ailleurs tous comme des enc***. Mais il est vrai, qu'avant d'être un business, la musique était leur talent et leur passion.

Précision : on ne composait pas "pour l'Eglise" ; c'est juste que comme pour la peinture, on a composé essentiellement du sacré à cause de l'Eglise : les operas ont été par exemple interdit à Naples au cours XVIIIEme (au contraire des oratorios) sur bulle papale.

Et tous ces gens vivaient très bien. Même principe pour les comédiens avant Brad Pitt ou Angelina Jolie, de Molière à Sarah Bernhardt. La différence c'est qu'être artiste ce n'est pas être comme Lady Gaga : c'est un métier difficile, incertain mais où la reconnaissance vient avant tout (exclusivement ?) sur scène, par et pour le public.
Ou alors si comme Chopin le public t'emmerdes, tu vends tes oeuvres mais pour qu'elles soient jouées sur scène, tu donnes des cours et tu vie au crochet d'un mécène (chose qui existe toujours je peux vous l'assurer).


Gottorp a écrit :
(on me dit qu'a l'époque on pouvait pas enregistrer ? Rien a battre ! Et que la musique était l'une des seules distractions, réservée a une élite ou a l'Eglise ? C'est pas le soucis !)
Et non, c'est en même temps un lieu commun et une bêtise de dire que ce n'était réservé qu'à l'élite : quand Beethoven est mort, il y avait une foule inouie à ses obsèques à Vienne ; Mozart a donné la 1ere représentation de la Flûte dans un petit théâtre dans les faubourgs de Vienne. Et oui : le petit peuple allait écouter de l'opéra, et pas qu'à Vienne (il y a une forte tradition d'opera populaire en Sicile par exemple). Aujourd'hui encore, il y a des 10aines de lieux où se donnent des concerts gratuits de musique en Allemagne et ce dans des villes de taille moyenne. Les lieux communs ont la vie dure...

Mais j'avoue n'avoir pas très bien compris le rapport entre ce que j'ai dit et la musique classique, comme ça - subitement. A moins qu'il n'y en ait pas (de rapport).
Ce que j'ai dit s'applique bien à tous les domaines artistiques.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Gottorp
Modérateur Agressif
Inscrit le: 17 Sep 2002
Messages: 11055
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 11:16:17 Sujet du message :

Tu parlais de ne pas vivre de la musique enregistrée. C'est un peu un lieu commun, car la musique enregistrée a 1 siecle. Logique qu'avant le XXeme cela se faisait pas Very Happy Mozart a rien enregistré de son vivant ni vendu un CD durant sa vie Very Happy

Et au niveau zik, avant le 20eme, la musique était "classique". Ou du moins on la concidère a majorité comme cela a present (oui il y avait autre chose mais en majorité on parle de classique / sacrée, les chansons populaires ne sont pas vraiment ré-editée)
_________________
Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 11:45:18 Sujet du message :


Gottorp a écrit :
Tu parlais de ne pas vivre de la musique enregistrée. C'est un peu un lieu commun, car la musique enregistrée a 1 siecle. Logique qu'avant le XXeme cela se faisait pas Very Happy Mozart a rien enregistré de son vivant ni vendu un CD durant sa vie Very Happy
C'est tellement un lieu commun que même un gars aussi intelligent que Chichi a repris a son compte le fait que le téléchargement puisse "tuer" la musique ; par extension Albanel parlait de tuer la création. Tout au plus ça tue la rémunération.
Je maintiens que pour moi, un artiste ça doit avant tout être sur des planches devant un public ou finir prof. La problématique n'est pas nouvelle.
En revanche que France Gall ou Sylvie Vartan aient fait 50 piges de carrière sur les Yéyés grâce au disque me gêne beaucoup plus. Surtout qu'on nous les a refourgué en vynil sous différent format, en CD, en mp3 etc sans parler des remixes et compiles. Idem et encore plus avec les Beatles dont on a sur exploité le catalogue jusqu'au dégueuli.


Gottorp a écrit :
Et au niveau zik, avant le 20eme, la musique était "classique". Ou du moins on la considère a majorité comme cela a présent (oui il y avait autre chose mais en majorité on parle de classique / sacrée, les chansons populaires ne sont pas vraiment ré-editée)
En admettant qu'il n'y avait que ça - et ça n'est bien sûr pas le cas - ça n'enlève rien à son caractère moins élitiste qu'on veut bien le dire. Tout comme à l'Antiquité de nombreux Grecs connaissaient les pièces classiques par coeur.
Il se trouve juste que Mozart ou Bach ont traversé les siècles et que les snobs veulent faire croire que c'est de la musique par et pour les élites (et il y aurait à dire sur ce sujet).
Et puis si : il y avait un gros réservoir de musique folklorique, traditionnel, populaire qui existait et qui a d'ailleurs été assimilé par les compositeurs dit "classiques" : les danses roumaines de Brahms, les canciones populares de de Falla, les raphsodies ou danses hongroises de Liszt, les tarantelles napolitaines, des choses comme Ô sole mio ou Funiculi Funicula, musique tsziganes - musiques ou airs qui sont toujours jouées et écoutées.
On verra bien ce qu'il adviendra de Johnny, Madonna ou Metallica dans 50 ou 100 ans. Ou même Michael Jackson.

PS : Juste pour info, la musique classique c'est devenu 400 ans de musique par extension, mais stricto sensu c'est Mozart ou Haydn.
Des gens comme Saint Saëns, Ravel ou Dvorak composaient déjà de la musique de film. Sans parler des mélodies qui étaient juste une version plus intellectuelle (parce que basées sur des poèmes) de chansons qu'on chante dans un petit lieu, pour le plaisir (cabaret ou les nombreux caf' conc de la Belle Epoque). Et oui : on chantait du Offenbach, du Debussy, du Poulenc ou du Satie à Paris dans de petits estaminets.

Il y a beaucoup de gens qui, par ignorance ou par snobisme, véhiculent un tas de fausses idées sur la musique d'avant Jimmy Hendrix et le Beatles.
Probablement le fait de croire qu'avant la musique dite "pop", il n'y en avait pas, de musique populaire. Grave erreur.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 12:34:43 Sujet du message :


Niko a écrit :
La phrase en elle même n'a aucun sens : le téléchargement ne peut pas tuer la musique par essence. Il peut juste - éventuellement - anéantir un modèle basé sur la vente de musique enregistrée. Sauf qu'à part au XXeme siècle, les artistes n'ont JAMAIS vécu des recettes de la musique enregistrée, compositeur et/ou interprète.
Et alors ? Les musiciens et chanteurs ont toujours vécu avant de leur performance live, de l'enseignement ou du mécénat voilà tout.
Bien sûr que la phrase n'a aucun sens, ce qui n'empêche pas de la voir relayée un peu partout. C'est une crainte relativement répandue sur les forums musicaux, en réaction à la disparition d'un "modèle" d'écoute que nous avons toujours connu. Quant à la disparition du modèle économique disque-major honnêtement tout le monde s'en fout, ce qui fait la différence avec les délires d'Albanel (craintes d'ordre artistiques et non purement économiques). En revanche nous redoutons bien plus la disparition des petits labels, et donc une hégémonie culturelle et idéologique encore plus grande de l'industrie du disque. Tu dis qu'un artiste doit vivre de la scène. Dans l'absolu je suis d'accord. Malheureusement à l'heure actuelle ça ne marche que pour les grosses machines commerciales et pour les arts subventionnés, donc largement acceptés par les normes sociales : le jazz et les musiques classiques par exemple. L'underground, les formes d'expressions trop "dures", trop bruyantes ou susceptibles de troubler l'ordre public (ska, punk, HxC, reggae, metal) vivotent dans des petites salles et peinent à financer leurs tournées. Et partout les petites salles sont menacées de fermeture les unes après les autres : difficultés économiques, manque de subventions, racket de la Sacem, problèmes d'insonorisation, etc.

J'ai pas le temps de répondre au reste (mécénat, importance du contexte et intérêt de l'extra-musical, ce qui restera de la musique pop dans 50 ans, etc.), mais j'y reviendrai. Smile
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 15:55:38 Sujet du message :

J'avais pas vu ça :

Niko a écrit :
C'est tellement un lieu commun que même un gars aussi intelligent que Chichi a repris a son compte le fait que le téléchargement puisse "tuer" la musique ; par extension Albanel parlait de tuer la création. Tout au plus ça tue la rémunération.
C'est une tentative d'humour, ou tu te fous ouvertement de ma gueule ?
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 16:13:18 Sujet du message :


Childéric a écrit :
J'avais pas vu ça :

Niko a écrit :
C'est tellement un lieu commun que même un gars aussi intelligent que Chichi a repris a son compte le fait que le téléchargement puisse "tuer" la musique ; par extension Albanel parlait de tuer la création. Tout au plus ça tue la rémunération.
C'est une tentative d'humour, ou tu te fous ouvertement de ma gueule ?
J'oserais pas voyons Smile. Vous voyez vraiment le mal partout les jeunes : on tolère ici même des gens qui invectivent et insultent ouvertement l'humanité à tour de bras et moi qui fait juste un peu d'esprit pour faire remarquer que ces arguments touchent même des personnes dotées d'un raisonnement à force d'être rabâchés (un peu comme le coup du réchauffement et du C02 : le coup de jouer la carte de l'émotion) et on me suspecte d'outrage à forumeur. Tsk, tsk...j'ai pourtant écris ici même en quel estime je te tenais, Chichi, tu me déçois à écrire ça.


Childéric a écrit :
En revanche nous redoutons bien plus la disparition des petits labels, et donc une hégémonie culturelle et idéologique encore plus grande de l'industrie du disque.
Encore un des arguments massue de l'industrie du disque : continuez à acheter Johnny, ça financera les petits jeunes : et mon cul, oui ! les petits labels et les petites signatures, elles se financent par leurs propres vente, ou par les ronds du producteur ou de la maison de disque. Johnny ou Obispo n'ont rien à voir là dedans. Et petits labels ou pas, ils continueront à vivre confortablement, surtout si on fait tout pour favoriser l'achat des coffrets collector à 60 EUR.


Childéric a écrit :
Tu dis qu'un artiste doit vivre de la scène. Dans l'absolu je suis d'accord. Malheureusement à l'heure actuelle ça ne marche que pour les grosses machines commerciales et pour les arts subventionnés, donc largement acceptés par les normes sociales : le jazz et les musiques classiques par exemple. L'underground, les formes d'expressions trop "dures", trop bruyantes ou susceptibles de troubler l'ordre public (ska, punk, HxC, reggae, metal) vivotent dans des petites salles et peinent à financer leurs tournées. Et partout les petites salles sont menacées de fermeture les unes après les autres : difficultés économiques, manque de subventions, racket de la Sacem, problèmes d'insonorisation, etc.
Comme tu te l'imagines ce sujet m'est particulièrement bien connu. Mais la règle d'airain est que c'est comme ça : être artiste, il faut arrêter de faire miroiter aux jeunes que c'est super. C'est avant tout super dur, il faut avoir la foi, du charisme, un bon agent (ou un bon réseau) et si possible : de la chance. Sinon tu l'as dans le cul, voilà tout.

Sauf que la récompense c'est que les gens peuvent t'aimer. Et ça pour certains ça vaut tout l'or du monde.
Alors si tu veux pas souffrir ça, je comprends ça. Mais faut faire de la compta ou de l'informatique. Au moins t'as la sécurité de l'emploi. Tu es un inconnu, tu n'intéresses peut être personne à part ta famille et tes potes, mais tu ne galères pas.

Un artiste, c'est avant tout un galérien qui a une énorme passion, crois-moi. Et aucun modèle communiste ou de redispatching des ressources aussi bien intentionné soit-il ne changera rien à ça.

Mais si c'était si terrible en même temps, y'auraient moins d'artistes pas vrai ? Or crise du disque, de la grippe A ou crise économique, y'a toujours autant de jeunes pour tenter sa chance bizarrement.
Et puis ben oui un jeune qui fait de la musique mainstream ou "propre" galèrera moins qu'un jeune qui fait de l'underground : en même temps, on leur met pas le flingue sur la tempe. Si c'est leur voie faut accepter les sacrifices et faire caissier à Picard pour assurer le bout en fin de mois. C'est la règle du jeu. Sinon bah ils ont qu'à postuler pour entrer dans les grosses prod ou faire des arts subventionnés si c'est si simple.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Nissart
Légende vivante
Inscrit le: 07 Avr 2008
Messages: 443
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 16:22:02 Sujet du message :

J'ai répondu : "de façon modéré" .

Et j'achétes toujours des CDs et des Jeux , des films j'en ai jamais acheté de toutes façons , je vais en voir certains au ciné , ce qui on besoin d'être vu sur un vrai grand écran avec un vrai gros son tout ça tout ça ....

Juste pour rebondir sur ce qui a été dit , on m'enlévera jamais de la tête que le mp3 à un son pourri ou tout du moins n'arrivera jamais à la cheville d'un "vrai" CD sur une "vraie" chaîne . Et pour le DivX et confréres c'est un peu pareil par rapport à un film au cinéma ou même sur DVD avec un (trés) bon home cinéma.

Mais bon tant qu'ils arrêteront pas de se gaver sur notre cul , avec leurs prix de fous , que ce soit les films , les jeux ou les musiques , les gens n'arrêteront pas de télécharger .
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Psychopompos
Seigneur
Inscrit le: 10 Fév 2008
Messages: 209
Localisation: Ici
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 21:29:19 Sujet du message :

Je ne télécharge pas, je n'achète pas, j'utilise YouTube comme jukebox. Authentique. Very Happy
_________________
"Oh Destin cruel! Cruel, cruel cruel Destin! Oh cruauté du destin!"
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
macteyss
Le Gritche
Inscrit le: 23 Sep 2002
Messages: 7124
Localisation: Modane, dans la Sombre Vallée de la Maurienne
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 21:36:33 Sujet du message :


Niko a écrit :
on tolère ici même des gens qui invectivent et insultent ouvertement l'humanité à tour de bras
C'est moi que tu vises ? Voyons, mon Niko... Very Happy



Niko a écrit :
être artiste, il faut arrêter de faire miroiter aux jeunes que c'est super. C'est avant tout super dur, il faut avoir la foi, du charisme, un bon agent (ou un bon réseau) et si possible : de la chance. Sinon tu l'as dans le cul, voilà tout.

Sauf que la récompense c'est que les gens peuvent t'aimer. Et ça pour certains ça vaut tout l'or du monde.
Alors si tu veux pas souffrir ça, je comprends ça. Mais faut faire de la compta ou de l'informatique. Au moins t'as la sécurité de l'emploi. Tu es un inconnu, tu n'intéresses peut être personne à part ta famille et tes potes, mais tu ne galères pas.

Un artiste, c'est avant tout un galérien qui a une énorme passion, crois-moi. Et aucun modèle communiste ou de redispatching des ressources aussi bien intentionné soit-il ne changera rien à ça.
'tain, mais je vais finir par t'aimer, toi ! même que Torp va être jaloux ! Smile
Pourquoi t'obstines-tu donc à me contrarier avec tes préférences valoisienne alors qu'on partage pas mal de trucs. Par conséquent, rien à ajouter à ta tirade : un artiste, un vrai, c'est fait pour en chier, pour galérer avant, s'il a de la chance et, chose essentielle mais qu'on a tendance à oublier, un peu de talent, d'atteindrela reconnaissance du public. La gloire(et tout ce qui va avec), ça se mérite, merde !
_________________
Lever le coude est la meilleure façon de ne pas baisser les bras.
Le droit à la différence s'arrête quand ça commence à m'emmerder sérieusement.

Le Colonel
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 15/09/2009 21:48:22 Sujet du message :


macteyss a écrit :

Niko a écrit :
on tolère ici même des gens qui invectivent et insultent ouvertement l'humanité à tour de bras
C'est moi que tu vises ? Voyons, mon Niko... Very Happy
Allons, allons, j'ai été suffisamment explicite, j'évoquais du gros con lourd, du vrai, du dur. Quand je parle d'insultes et d'invectiver, je pèse mes mots, et tu n'as évidemment rien à voir là dedans : tu sais bien que tu es mon mentor Mac Very Happy.


macteyss a écrit :
Pourquoi t'obstines-tu donc à me contrarier avec tes préférences valoisienne alors qu'on partage pas mal de trucs. Par conséquent, rien à ajouter à ta tirade : un artiste, un vrai, c'est fait pour en chier, pour galérer avant, s'il a de la chance et, chose essentielle mais qu'on a tendance à oublier, un peu de talent, d'atteindre la reconnaissance du public. La gloire(et tout ce qui va avec), ça se mérite, merde !
Oh, c'est même pas un discours sur le mérite que je tiens, c'est juste une constatation. Artiste c'est vraiment une profession de foi, une vraie de vraie.
Et faire croire que c'est juste un métier où il y a de l'argent à faire et de la reconnaissance à en retirer, c'est pire que les pires arnaques du net : c'est un mensonge terrible parce que j'ai vu tellement de gens être cassé en deux et ne pas s'en sortir avec du talent et tout et tout. Un vrai crève coeur.

C'est pour ça que je vous et en particulier à Chichi qui place un peu trop la musique et les musiciens sur un piédestal : attention à ne pas avoir une vision trop romantique des artistes ou de la musique.
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Baldurien
L'homme qui chutait sur le macadam
Inscrit le: 12 Sep 2002
Messages: 14064
Localisation: Quadran Alpha
Répondre en citant
Posté le : 17/09/2009 20:47:43 Sujet du message :

Moi je télécharge mais pas d'albums de musique Smile (ni de film, mais pas non plus des isos de Linux Very Happy)

Pour le reste, je paie les albums "physiques" (j'ai pas forcément la place, mais j'en achète pas non plus) dés lors que ça tourne autour de 7/8€.
_________________
#nwnights-fr @ irc.darkmyst.org TitanQuest-FR
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur Ignorer l'utilisateur
 
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 18/09/2009 03:59:34 Sujet du message :


Niko a écrit :
J'oserais pas voyons Smile. Vous voyez vraiment le mal partout les jeunes : on tolère ici même des gens qui invectivent et insultent ouvertement l'humanité à tour de bras et moi qui fait juste un peu d'esprit pour faire remarquer que ces arguments touchent même des personnes dotées d'un raisonnement à force d'être rabâchés (un peu comme le coup du réchauffement et du C02 : le coup de jouer la carte de l'émotion) et on me suspecte d'outrage à forumeur. Tsk, tsk...j'ai pourtant écris ici même en quel estime je te tenais, Chichi, tu me déçois à écrire ça.
Ha ? bon. On m'a déjà qualifié de feignasse, de connard, de rêveur, de soiffard, de cinglé, d'allumé de plus au pays des allumés, voire d'extra-terrestre, mais c'est bien la première fois qu'on me traite d'« intelligent » Very Happy. Mais soit, accepte donc mes excuses Smile.


Citation :
Le concept du coffret collector à la con a prix d'or est une aubaine qui a été poussée trop loin et n'a de toutes façons que trop duré.
Et puis ces conneries d'albums-univers à la mort moi le noeud n'est qu'une fumisterie de plus issue du marketing destiné à vendre des albums dont 70% du contenu est du remplissage effectué en dilettante la plupart du temps : je ne peux plus entendre cette tournure de phrase totalement estampillée Star Ac' ou Nouvelle Star.
Comme si l'album posait le concept même d'univers : n'importe quoi.
Ok, je vois ce que tu veux dire. C'est juste qu'on a une autre définition d'album-univers. Pour moi : un disque dont le "tout" est supérieur à la somme de ses parties. Je pourrais te citer des centaines d'albums qui sont des ensembles chiadés, réfléchis, pas simplement un recueil de singles balancés en pâture aux radio. Et je parle même pas de la myriade de concept-albums souvent foireux, parfois réussis, mais rarement inintéressants. Tu me dira que ça a toujours été quelque chose de marginal et tu auras sans doute raison. Tu pourra éventuellement rejeter cette démarche pour des raisons esthétiques (grandiloquence, naïveté, etc.). Il n'empêche que tu va m'écouter n'importe quel disque de Modest Mouse, Radiohead ou encore Killing Joke. Si tu n'y retrouve pas une identité sonore bien particulière (parfois différente selon les disques), tu me fais signe, ça m'intéresse. Parce que quand on s'est élevé vers les cimes de la musique « savante », on en oublie que les musiques populaires AUSSI savent sortir du carcan couplet-refrain et des tubes préformatés. Et ça n'a rien à voir avec un quelconque « culte de la personnalité » ou avec le star-system si cher aux majors, je te prie de le croire. C'est ça que je veux dire : un album peut apporter bien plus qu'un 45 tours ou un single. Rien de plus.

De toute façon un album n'existe que par son support physique qui lui impose une durée max. Et il n'y a pas 36 solutions pour en faire un tout pertinent qui vaille la peine d'être écouté d'une traite : soit on adopte la formule « all killers, no fillers » et on aligne 10-12 bonnes chansons (AC/DC « avant », Twisted Sister, les Ramones). Soit on cherche à créer une œuvre cohérente, qui ne résistera pas forcément au temps, mais qui sera le témoin d'une époque où l'on « osait » encore. Où l'on n'avait pas peur de s'aventurer là où personne n'était encore allé, et par là ouvrant les esprits et les oreilles. Et tant pis si on se plante, au moins on aura essayé. Et vouloir occulter le tout c'est se foutre des putain d'œillères. C'est passer à côté de la moitié du truc. Tu peux le retourner dans tous les sens mais le fait est là : c'est comme quelqu'un qui écouterait une symphonie de Beethoven et qui n'en retiendrait qu'un seul mouvement.

Parlons un peu de l'extra-musical maintenant. Je suis d'accord pour dire que la musique se suffit à elle-même, que son âme réside en sa composition, son interprétation et son enregistrement (le son, qui définissait l'identité d'un groupe avant que tout le monde ne sonne pareil). Si ce point de vue est souvent suffisant pour les formes d'expressions les plus pures, qui sont aussi les plus intemporelles - le jazz et le classique, dans d'autres sphères il est nécessaire de se replonger dans le contexte pour apprécier la valeur d'un disque. A force d'écouter de la musique anglo-saxone on en oublie qu'une chanson est une alchimie subtile entre un texte et une musique. D'où l'intérêt du livret, des paroles, sans parler de l'artwork qui est la rencontre de deux artistes aux aspirations communes. Et qui est souvent bien plus que l'accroche visuelle par le biais de laquelle on identifiait un album dans les rayons d'un disquaire.

Bien sûr on a le droit de rester ignorant. Sauf que c'est ça qui fait la différence entre un consommateur passif et quelqu'un d'exigeant, qui a des avis qui n'a pas peur de les défendre. Si la musique est quelque chose qu'on ne sait pas forcément exprimer par des mots, il n'est pas interdit d'essayer. C'est le prix a payer pour se lancer dans une vraie discussion, pour défendre et présenter les artistes qui nous sont chers. Je refuse de me contenter du j'aime / j'aime pas. Quand j'essaye de faire connaître une œuvre je veux qu'on me dise ce qu'on en pense en son fort intérieur, en quoi ça nous touche ou non. Une réponse personnelle et si possible argumentée. Mais évidemment ça demande un effort intellectuel que tout le monde n'est pas prêt à faire. Je peux les comprendre. Mais je les emmerde. A mort les couilles-molles, les hommes pressés et les avis tièdes.

Quant au CD, puisque le dématérialisé le condamne de toute façon intéressons-nous à l'avenir : quel modèle pour le remplacer ? Le retour au 45 tours ? Déjà Radiohead parle de sortir des chansons à l'unité plutôt que de remplir des albums. Quoique...
Le piratage c'est la culture de la gratuité et du partage. Et c'est quelque chose de totalement irréversible. A partir du moment qu'on a posé ça on peut avancer. On est tous d'accord pour laisser crever les majors (les remasters des Beatles risquent d'être l'enfilade de trop pour beaucoup), qu'elles se sont engraissées sur notre dos pendant 50 ans, tout ça. Mais pendant ce temps on paye pas les artistes et ça m'emmerde quand même un peu. Cas de conscience, blabla. Je crois pas à la licence globale et encore moins à une taxe sur les abonnement internet : qui peut me dire ce que finance la taxe sur les supports numériques ? A qui reviendra les revenus d'une licence globale ou de la taxe Sacem ? Niko évoquait le mécénat. Arrête-moi si je me trompe, mais cela n'implique-t-il pas de composer ce que le mécène voulait entendre et rien d'autre ? Est-ce que ça n'implique pas de facto de considérer la musique non comme un art mais comme un artisanat ? Au fond en quoi est-ce si différent de la tutelle du producteur et de la maison de disque ?
Par contre un mécénat individuel ça peut être pas mal. A l'internaute de filer ce qu'il veut à l'artiste qu'il veut soutenir. Sans engrosser 10k intermédiaires parasites. Et si on essayait ?
Et la pub via les diffusions sur MySpace ou Youtube, ça peut rémunérer non ?


Citation :
On verra bien ce qu'il adviendra de Johnny, Madonna ou Metallica dans 50 ou 100 ans. Ou même Michael Jackson.
Pas compliqué, suffit de se demanqer quel est le testament (grand publiquement parlant j'entends, si on se lance là dedans on en a pour 20 pages) du rock 'n' roll des fifties. Et de l'école Motown ? De la musique d'avant-guerre ? De la chanson française des années 60 ? Des Yéyés ? De tout ça on peut dégager 30 titres à tout casser qui font partie de l'inconscient collectif. Des chansons qui résistent à un demi siècle il y en a pas des masses...
De Michael Jackson il ne reste déjà que 3 chansons et il ne restera rien de plus. D'AC/DC on se souviendra de Highway to Hell et d'Hell's Bells. Johnny laissera peut-être quelques chansons piquées à Elvis et sera le symbole de l'abyssale médiocrité musicale de la France fin XXème. Quant à Metallica, Scorpions, Maiden, Accept je me fais pas d'illusions. Une petite expérience toute simple pour s'en convaincre : allumez n'importe quelle radio grand public aux heures de grande écoute. En une heure on entend 5 fois U2, 2 fois The Police, 2 fois Dire Straits. Et toujours les même morceaux. Un tel marasme moi ça me fout les glandes. Comme de se dire que tout le monde connaît The Logical Song sans la comprendre et que pendant ce temps on passe à côté de Child Of Vision...
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Niko
Barbare déchainé
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 4909
Répondre en citant
Posté le : 18/09/2009 14:15:30 Sujet du message :


Childéric a écrit :
a ? bon. On m'a déjà qualifié de feignasse, de connard, de rêveur, de soiffard, de cinglé, d'allumé de plus au pays des allumés, voire d'extra-terrestre, mais c'est bien la première fois qu'on me traite d'« intelligent » Very Happy. Mais soit, accepte donc mes excuses Smile.
Pfff...on est entre nous Chichi, laisse tomber Smile : quand j'ai à faire à un vrai gros con, il n'y pas à faire d'excuses : mépris total. Il y a tellement de couilles molles qui jouent aux gros malins sur internet qu'on ne peut pas passer son temps à traiter ça.
C'est assez clair que tu fais partie des personnes que j'aime bien lire et titiller sur le forum et qui ont du répondant. C'est pour ça que je traine mes guêtres ici depuis le temps.


Childéric a écrit :

De toute façon un album n'existe que par son support physique qui lui impose une durée max. Et il n'y a pas 36 solutions pour en faire un tout pertinent qui vaille la peine d'être écouté d'une traite : soit on adopte la formule « all killers, no fillers » et on aligne 10-12 bonnes chansons (AC/DC « avant », Twisted Sister, les Ramones). Soit on cherche à créer une œuvre cohérente, qui ne résistera pas forcément au temps, mais qui sera le témoin d'une époque où l'on « osait » encore. Où l'on n'avait pas peur de s'aventurer là où personne n'était encore allé, et par là ouvrant les esprits et les oreilles. Et tant pis si on se plante, au moins on aura essayé. Et vouloir occulter le tout c'est se foutre des putain d'œillères. C'est passer à côté de la moitié du truc. Tu peux le retourner dans tous les sens mais le fait est là : c'est comme quelqu'un qui écouterait une symphonie de Beethoven et qui n'en retiendrait qu'un seul mouvement.
Alors (c'est marrant quand même que vous ayez l'impression que tous mes jugements sont émis par rapport au classique et que je juge de tout en haut, mais bref...) permet moi de ne pas tout à fait partager cet avis.
D'abord je maintiens que beaucoup utilisent cette espèce de verbatim pour faire vendre un album avant tout. Je ne compte plus les artistes qui ont disserté pendant des plombes sur le fait que la photo de la pochette elle était super chiadée et qu'ils avaient passé 1 mois et demi enfermés dans un studio pour sortir les titres. Ouah, super impressionnant. J'en aurais presque versé une larme.
Maintenant regardons les choses : figure-toi que je ne juge pas mal les gens qui n'écoutent que l'allegro de la sonate Appassionata, ni ceux qui ne connaissent de Rigoletto que la Donna e mobile ou encore qui ne retiennent que la chevauchée des Walkyrie ou la procession funèbre de Sigfried de toute la tétralogie : je les comprends même. Alors que tu voies comme œuvres cohérentes, elles se posent là. Tout simplement parce que ce sont des œuvres dont la puissance fait qu'on doit pouvoir en écouter un bout séparément.
J'ai vu suffisamment de spectacles pour te dire qu'entre les morceaux connus et qu'ils ont dans l'oreille, la plupart des gens dorment. Et c'était déjà comme ça au XVIIeme (même pire, puisqu'ils bouffaient et faisaient du bruit).
C'est clair que ce sont des parties d'un tout et que la perspective vaut le coup d'oeil. Mais ne dis pas que l'on doit imposer au gens un format d'écoute sous peine qu'on les considère comme des burnes.
D'ailleurs, moi même il m'arrive d'aimer un air ou un mouvement d'une œuvre qui m'exaspère ou m'indiffère par ailleurs (ou inversement écouter le Printemps me donne de l'urticaire alors que j'adore les 4 saisons par ailleurs).
Si le support physique a explosé c'est aussi parce qu'on a imposé aux gens un mode d'écoute. Tu me diras que c'était pour leur bien, mais je te répondrai qu'aujourd'hui on ne vit pas dans une société où les gens ont envie de se faire imposer des trucs dans leurs loisirs.
Je ne me sens pas toujours d'humeur de me faire un spectacle en entier : depuis le temps, je connais des pans entiers de Löhengrin ou de Tristan et Isolde, mais j'ai une grosse flemme de farcir la totalité des oeuvres en entier. Oui, je suis assez fan de Wagner et pourtant j'ai des origines polonaises : allez comprendre !


Childéric a écrit :
Bien sûr on a le droit de rester ignorant. Sauf que c'est ça qui fait la différence entre un consommateur passif et quelqu'un d'exigeant, qui a des avis qui n'a pas peur de les défendre. Si la musique est quelque chose qu'on ne sait pas forcément exprimer par des mots, il n'est pas interdit d'essayer. C'est le prix a payer pour se lancer dans une vraie discussion, pour défendre et présenter les artistes qui nous sont chers. Je refuse de me contenter du j'aime / j'aime pas. Quand j'essaye de faire connaître une œuvre je veux qu'on me dise ce qu'on en pense en son fort intérieur, en quoi ça nous touche ou non. Une réponse personnelle et si possible argumentée. Mais évidemment ça demande un effort intellectuel que tout le monde n'est pas prêt à faire. Je peux les comprendre. Mais je les emmerde. A mort les couilles-molles, les hommes pressés et les avis tièdes.
Encore une fois, on en a déjà parlé mais pour moi c'est clairement une dérive intellectualiste de la chose. On peut aussi avoir une approche plus intuitive la musique sans tomber dans le binaire. Cette démarche d'après moi, doit être personnelle et toujours suivre l'écoute et non la précéder. Si tu veux approfondir, OK, mais sinon c'est clairement mettre la charrue avant les boeufs.



Childéric a écrit :
Mais pendant ce temps on paye pas les artistes et ça m'emmerde quand même un peu. Cas de conscience, blabla. Je crois pas à la licence globale et encore moins à une taxe sur les abonnement internet : qui peut me dire ce que finance la taxe sur les supports numériques ? A qui reviendra les revenus d'une licence globale ou de la taxe Sacem ? Niko évoquait le mécénat. Arrête-moi si je me trompe, mais cela n'implique-t-il pas de composer ce que le mécène voulait entendre et rien d'autre ? Est-ce que ça n'implique pas de facto de considérer la musique non comme un art mais comme un artisanat ? Au fond en quoi est-ce si différent de la tutelle du producteur et de la maison de disque ?
Encore une fois c'est probablement excessif de considérer la musique de facto comme un art. C'est une forme d'expression et comme toute forme d'expression - peinture, sculpture, écriture mais aussi architecture etc il peut parfois y naître l'art. Mais l'art n'est pas un postulat ni un préalable à la musique.
Ensuite, le mécénat n'est pas toujours synonyme de bridage mais même si c'est le cas : et alors ? Les contraintes sont souvent un terreau fertile à la création. Et il me parait inconcevable qu'un artiste soit payé à faire ce qu'il veut au prétexte qu'un jour peut être une oeuvre de génie émargera. Ce dernier s'accommode très bien des contraintes alimentaires, t'inquiètes. Et puis celui qui ne vit que de mécénat est aussi quelqu'un qui le veut bien : il n'y a pas de honte à faire des jobs alimentaires pour composer à côté : tout le monde, y compris les plus grands, l'ont fait.


Childéric a écrit :
Par contre un mécénat individuel ça peut être pas mal. A l'internaute de filer ce qu'il veut à l'artiste qu'il veut soutenir. Sans engrosser 10k intermédiaires parasites. Et si on essayait ?
Tout à fait : je vous en reparlerai car on est en train de travailler à une mise en place et une systématisation de ce process sur un site avec ma femme : c'est dire si on a de l'estime pour ce process Wink.


Childéric a écrit :
Et la pub via les diffusions sur MySpace ou Youtube, ça peut rémunérer non ?
Bien sûr et ça existe déjà.


Childéric a écrit :
Pas compliqué, suffit de se demanqer quel est le testament (grand publiquement parlant j'entends, si on se lance là dedans on en a pour 20 pages) du rock 'n' roll des fifties. Et de l'école Motown ? De la musique d'avant-guerre ? De la chanson française des années 60 ? Des Yéyés ? De tout ça on peut dégager 30 titres à tout casser qui font partie de l'inconscient collectif. Des chansons qui résistent à un demi siècle il y en a pas des masses...
De Michael Jackson il ne reste déjà que 3 chansons et il ne restera rien de plus. D'AC/DC on se souviendra de Highway to Hell et d'Hell's Bells. Johnny laissera peut-être quelques chansons piquées à Elvis et sera le symbole de l'abyssale médiocrité musicale de la France fin XXème. Quant à Metallica, Scorpions, Maiden, Accept je me fais pas d'illusions. Une petite expérience toute simple pour s'en convaincre : allumez n'importe quelle radio grand public aux heures de grande écoute. En une heure on entend 5 fois U2, 2 fois The Police, 2 fois Dire Straits. Et toujours les même morceaux. Un tel marasme moi ça me fout les glandes. Comme de se dire que tout le monde connaît The Logical Song sans la comprendre et que pendant ce temps on passe à côté de Child Of Vision...
Ben forcément il n'en restera pas des masses, puisque c'est une musique avant tout destinée à divertir, trop fortement marquée par les modes. Tu vois donc pour en revenir à notre débat sur les univers que tu peux faire tous les efforts que tu veux, au final il ne reste que quelques titres phares et personne ne se souvient du contexte...
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ignorer l'utilisateur
 
Xaviar
Phacochère maori et Ballerine Sadique !
Inscrit le: 26 Sep 2002
Messages: 7999
Répondre en citant
Posté le : 19/09/2009 14:51:58 Sujet du message :

De façon modérée pour ma part, autant par facilité que par sentiment d'avoir largement contribué à verser ma dime au grand magma de l'industrie usicale durant mes vertes années....

L'impressionnant budget CD de zique que j'avais à une époque, s'est juste reporté sur d'autres postes de dépense: des bouquins pour l'essentiel, des concerts, des voyages, diverses choses. je ne cherche aucun substrat idéologique ou aucune excuse pour cet acte criminel (oooOOooouuuh) qu'est le téléchargement, j'estime pour ma part que les production musicales actuelles sont relativement indigentes ou peut être deviens-je plus simplement un vieux con au cerveau calcifié et j'en vient à vouloir me pencher sur la jazz (puisque c'est de là que vient le rock, chose qui a contribué le plus surement au surplus de surdité potentiellement laissé possible par la maladie

Sinon je suis rentré de vacances.... wizzzz.....
_________________
Cthulhu for president in 2004 2008 2012! / Mouchi vent de trol, mouchi frac de tot atrac / Soooooo cooooooooooooooooool !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Childéric
The Warmaster
Inscrit le: 27 Oct 2003
Messages: 5958
Répondre en citant
Posté le : 04/10/2010 14:54:59 Sujet du message :

Pour ceux qui enterraient un peu trop vite le support matériel :


Citation :
On le sait le vinyle revient à la mode (le support devenant "in" grâce à la défection des ventes de CD, et de la qualité que certains trouvent "meilleur" ou plus chaude), et les chiffres de ventes le prouve, aux USA voici les chiffres des ventes vinyles :
2006 : 858 000
2007 : 990 000
2008 : 1 880 000
2009 : 2 500 000 (Radiohead en tête avec 45 700 vinyls vendus).
2/3 des vinyls sont d'ailleurs achetés dans des magasins indépendants.
Source : [http] via Metalorgie
_________________
"If the revolution ain't gon' be televised
Then fuck, I'll probably miss it"
- Aesop Rock

Last.fm | RYM | XKCD c'est bon, mangez-en !
 
Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger Ignorer l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis :
Page 1 sur 1 ¤


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Sauter vers:
FAQ | Rechercher | Liste des Membres | Groupes d'utilisateurs | S'enregistrer | Profil | Se connecter pour vérifier ses messages privés | Connexion
Powered by phpBB 2.* [m] © 2001, 2002 phpBB Group
Theme rewritten in beautiful XHTML code by Baldurien.
Thème "La Bibliothèque de Neverwinter" crée par Kruger
Traduction par : phpBB-fr.com
Page generated in 48.846ms